Texte enterrement - poème enterrement
Lorsque les grands arbres tombent - Maya Angelou

Lorsque les grands arbres tombent – Maya Angelou l’écrivaine et poétesse afro-américaine s’identifie dans ce texte lyrique à tous les endeuillés frappés par la perte d’un être cher. Chaque phrase poétique et poignante remue notre âme et possède un authentique pouvoir de guérison.

lors les grands arbres tombent Maya Angelou texte enterrement

Lorsque les grands arbres tombent – Maya Angelou

Traduction ©Samuel Légitimus

Lorsque les grands arbres tombent,
Les roches sur les collines lointaines frissonnent,
Les lions courbent l’échine
dans les hautes herbes,
et même les éléphants
se déplacent d’un pas lourd à la recherche d’un lieu sûr.
Lorsque les grands arbres tombent
dans les forêts,
les petites choses reculent dans le silence,
leurs sens érodés au-delà de la peur.
Lorsque les grandes âmes meurent,
l’air qui nous entoure devient
légère, rare, stérile.
Nous respirons, à coup bref.
Nos yeux, brièvement,
perçoivent avec une clarté offensante.
Notre mémoire, brusquement aiguisée,
examine,
rumine d’aimables paroles non-dites,
des promesses de promenades jamais tenues.
Les grandes âmes meurent et
notre réalité, liée à eux,
prend congé de nous.
Nos âmes,
dépendantes de leur nourriture,
sont à présent rétrécies, ratatinées.
Nos esprits formés
et informés par leur éclat,
déclinent.
Nous ne sommes pas tant affolés que réduits à l’indicible ignorance
des grottes sombres et froides.
Et quand de grandes âmes meurent,
Après une période, la paix fleurit,
de manière lente et toujours irrégulière.
Les espaces se remplissent d’une sorte de vibration électrique apaisante.
Nos sens, restaurés, qui ne seront jamais les mêmes, nous chuchotent:
Ils ont existé. Ils ont existé.
Nous pouvons être.
Être et être meilleurs.
Car ils ont existé.

Analyse et portée de ce texte pour une cérémonie funéraire

La grâce, la sagesse et l’éloquence sont depuis longtemps les caractéristiques de la poésie de Maya Angelou. C’est comme si Dieu parlait à travers elle. Elle décrit cette douleur lancinante que rien ne peut guérir.

 

C’est une dimension tragique inévitable de notre condition humaine. Quand la mort frappe, elle laisse le désespoir et la misère sur son passage. Ainsi, la perte d’un être cher peut ronger le cœur et l’âme d’un être humain. C’est une plaie ouverte qui essaie de guérir et pourtant est rouverte encore et encore par les souvenirs et les regrets.

 

Pourtant, la poétesse est ici non seulement capable de s’identifier totalement au sentiment douloureux et d’angoisse profonde, mais elle offre également l’espoir d’une guérison à travers ses mots puissants. Passant du désespoir à un sentiment de paix, ce poème devient une source de réconfort. Il pourra vous aider à mieux traverser le chemin du deuil